Le gouvernement demande à BSNL de retravailler l’appel d’offres pour empêcher les Chinois

(Image représentative)

NEW DELHI: Dans ce qui semble être un cas de représailles contre l’attaque de l’APL contre l’armée, le département des télécommunications (DoT) a décidé de communiquer à Bharat Sanchar Nigam Ltd (BSNL) qu’aucun Équipement chinois devrait être utilisé par la société d’État, qui se développe qui se situe l’activité 4G qui se situe le cadre de son plan de réhabilitation.
La société du secteur public a été invitée à retravailler immédiatement son offre, ont indiqué des sources à TOI. En outre, le gouvernement cherche à convaincre les opérateurs mobiles du secteur privé de diminuer par ailleurs en plus leur dépendance à l’égard des équipements chinois.
Les milieux politiques et commerciaux ont vu la double décision comme un précurseur pour maintenir les fournisseurs chinois – dirigés par Huawei – hors du marché de l’équipement 5G qui se situe le pays, où les offres ont actuellement été reportées.
Bien que des sources officielles aient refusé de confirmer si les représailles qui se situe la sphère économique pourraient encore s’intensifier, elles ont déclaré que l’attaque contre l’armée indienne au Ladakh renforcerait certainement les réticences du gouvernement à laisser les entreprises chinoises qui se situe des secteurs stratégiques en raison des craintes que PLA détient une participation décisive qui se situe certaines de ces sociétés.
Huawei a été soupçonné depuis longtemps d’être une entreprise de l’APL et n’a pas réussi à se débarrasser de l’inquiétude qu’il s’agisse d’un bras de la puissante armée chinoise.
Pour les acteurs étrangers, y compris les entités chinoises, le secteur indien des télécommunications a été considéré comme très lucratif compte tenu de la grande base, qui ne peut être égalée qu’à travers la frontière.
Il y a différentes mois, le département de la promotion de l’industrie et du commerce intérieur a fait part de ses inquiétudes concernant l’appel d’offres de BSNL Rs 9 000 crores 4G, qui demandait à l’acteur du secteur public de retravailler les conditions car il semblait favoriser les acteurs étrangers et violer les marchés publics nationaux. normes. Le DoT a maintenant ajouté une dimension spécifique à la Chine à la question.
L’examen des fournisseurs d’équipements de télécommunications s’accompagne d’un contrôle des investissements, le gouvernement interdisant tous les investissements étrangers directs en provenance de Chine via la route automatique, une décision qui a été déclenchée par des sensibilités tout autour de la sécurité.
L’année dernière, le Secrétariat du Conseil national de sécurité avait entamé une discussion sur la restriction de l’accès aux entreprises et aux entrepreneurs de certains pays qui se situe des secteurs stratégiques et qui se situe certaines parties du pays. La proposition a été restée en suspens pendant différentes mois, mais pourrait être relancée compte tenu des tensions récentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *