Coronavirus: les grandes entreprises qui contractent des prêts de sauvetage ne peuvent pas payer de bonus ou de dividendes aux patrons

Les grandes entreprises qui empruntent de l’argent qui se situe le cadre du programme gouvernemental de prêts contre les coronavirus ne pourront pas verser de primes en espèces aux dirigeants ni de dividendes aux actionnaires tant que l’argent n’aura pas été remboursé.

Les nouvelles règles s’appliquent aux entreprises qui empruntent plus de 50 millions de livres sterling qui se situe le cadre du programme de prêts pour interruption de grandes entreprises (CLBILS). Les dividendes et bonus déjà convenus avant la souscription du prêt seront toujours autorisés, a précisé le Trésor.

Les prêts soutenus par l’État qui se situe le cadre de ce programme peuvent désormais atteindre 200 millions de livres sterling, contre 50 millions de livres sterling auparavant, après les critiques des entreprises qui ont déclaré que les limites d’emprunt n’étaient pas assez importantes.


À la suite d’un faible niveau de recours aux prêts par les grandes entreprises, le gouvernement a réorganisé le programme, y compris les nouvelles conditions qui s’appliqueront à tout emprunt pour une durée par ailleurs d’un an.

Le Trésor a écouté les plaintes mais a inclus des mesures pour s’attester que l’argent a été canalisé pour maintenir les entreprises à flot. La Banque d’Angleterre a déclaré: «Ces engagements visent à créer des incitations et à promouvoir la capacité des entreprises à rembourser leurs emprunts.»

Certains autres pays ont également attaché des conditions à leur soutien aux contribuables, notamment le Danemark, qui a exclu les entreprises qui profitent des paradis fiscaux. Les groupes environnementaux ont demandé que les renflouements du gouvernement soient également liés aux promesses de réduction de carbone.

Les modifications apportées au régime de prêts sont intervenues après qu’un certain nombre de moyennes entreprises se sont plaintes de ne pas pouvoir atteindre aux facilités de crédit fournies par la Banque d’Angleterre conçues pour aider les plus grandes entreprises, mais les montants disponibles via la CLBILS étaient trop faibles.

Les prêts accordés qui se situe le cadre de ce programme sont accordés par l’intermédiaire des banques, 80% des pertes étant couvertes par le gouvernement.

Cependant, à ce jour, seulement 590 millions de livres sterling ont été prêtés à 86 entreprises. Parallèlement, 7,3 milliards de livres sterling ont été prêtés par les banques à 40 564 petites entreprises qui se situe le cadre d’un programme distinct.

Patrick McFadden, ministre fictif du Trésor du Travail, a déclaré que les grandes entreprises industrielles à forte intensité de capital étaient qui se situe une situation particulièrement difficile.

«Ces entreprises qui se situe des secteurs comme l’acier et l’automobile sont souvent les principaux employeurs des villes où elles opèrent et sont l’épine dorsale de notre secteur manufacturier.

«Nous saluons la levée de la limite de prêt CLBILS par le Trésor [to £200m], après la pression du travail, mais les plus grandes entreprises industrielles brûlent plus que cela en raison du verrouillage. Nous devons realiser plus pour aider les grandes et petites entreprises à traverser cette crise et éviter une répétition du chômage de masse que nous avons connu par le passé. »

Les plus petites entreprises ont pu emprunter qui se situe le cadre du programme de prêts à rebond, qui a été entièrement financé par le gouvernement. Les banques ont approuvé un prêt de 14,2 milliards de livres sterling à près de 465 000 entreprises, ce qui en fait de loin le plus populaire des trois programmes.

Il a été ouvert aux petites entreprises qui peuvent emprunter jusqu’à 25% de leur chiffre d’affaires, jusqu’à un maximum de 50 000 £.

John Glen, secrétaire économique du Trésor, a déclaré: « Nous sommes déterminés à soutenir les entreprises de toutes tailles tout au long de cette crise et nos prêts et garanties ont déjà fourni plus de 22 milliards de livres sterling à des milliers d’entreprises. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *